• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 8 avril 2007

Fallait-il diaboliser Le Pen?

8042007

Cette question était souvent posée dans les années 1980. En fait, fallait-il inviter le président du FN dans les médias au même titre que les autres leaders politiques? A cette époque quelques journalistes refusaient de l’inviter sur leurs plateaux (dont Anne Sinclair), d’autres, en revanche, au nom de principes démocratiques invitaient Le Pen à venir éructer sur les immigrés responsables de tous les maux de la France. Fallait-il donner autant de publicité aux propos insupportables de Le Pen sur les juifs et la shoah? Si la question était posée avec acuité, c’est en raison des résultats obtenus par le FN aux élections de 1983 et 1986. Avant 1980, Le Pen n’existait pas médiatiquement et politiquement parlant. Avec l’arrivée de la gauche, il est propulsé sur le devant de la scène, le PS et Mitterrand l’instrumentalisent un peu, la montée du chômage et la crise économique font le reste….

Pour ma part, je pensais à cette époque qu’il fallait donner la parole à Le Pen pour mieux le forcer à se dévoiler et mieux le combattre sur le terrain des idées. Je me disais que le problème n’était pas que Le Pen existât, mais plutôt qu’il y avait des milliers de personnes à voter pour lui et que c’était ses électeurs qu’il fallait rassurer et persuader que le vote frontiste amenait au pire. Depuis le FN a fait du chemin et on sait depuis le 21 avril 2002 que la réponse à la question posée plus haut est oui! Car non seulement le leader d’extrême droite a franchi le cap du premier tour de l’élection présidentielle mais de surcroît ses idées, son vocabulaire, sa haine des immigrés et des juifs irriguent les rangs de la droite parlementaire et même jusqu’à l’extrême gauche. Imagine-t-on un Sarkozy annonçait son ministère de l’immigration et de l’identité nationale dans les années 1990? Le tollé aurait été total, souvenons-nous du « sauvageon » de Chevènement qui avait tellement choqué . Aujourd’hui, on a droit à la racaille karchérisée, à la surenchère dans les déclarations, au tout sécuritaire et la recherche de coupables – toujours les mêmes! Si la droite est libre de coller aux basques du FN et de pourquoi pas de s’allier d’ici peu avec lui, que vient faire le PS dans cette galère? Nous faire le coup du drapeau et de la Marseillaise – emblèmes de la Nation et de la République d’accord, mais comme disait l’autre « les nations sont bonnes pour faire de la chair à canons ». On aimerait que la gauche ne fasse pas du suivisme et ne soit pas atteinte de panurgisme, mais qu’elle ose un autre programme et qu’elle laisse de côté ces idées copiées sur son voisin de droite…







Tatidoms |
paradoxe |
Avec nos petites mains |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les rêves d'olifée
| La mare aux Pitouilles
| arbretour